7
avril

Coronavirus : le témoignage de Thomas

par Perrine Ghilain
à 21h12min

En cette période particulière, nous avons pris le pouls auprès des agriculteurs de notre réseau. L’idée était de retranscrire un résumé de notre entretien avec chacun. Thomas nous a partagé un témoignage fort que nous préférons vous retransmettre tel quel pour éviter de le dénaturer. Merci à lui ! Le voici :

Ici au niveau agricole rien de bien différent comme début d’année : la préparation du sol bat son plein pour les semis de printemps, les serres sont presque occupées, les clôtures en cours, le bâtiment d’accueil s’élève doucement, bref le train train annuel d’un printemps marqué par le vent du nord et les sautes brusques du "global warming"...

C’est au niveau social que 2020 restera dans les annales : l’accueil des stagiaires en formation étant compromis, nous nous retrouvons au champs avec les enfants ou des voisins en mal d’activités et cela donne une toute autre ambiance, très chouette aussi je dois dire, mais la trans-mission à des adultes motivés nous manque.

Il semblerait que de nombreux consommateurs ont repris conscience de l’importance de la nourriture et de ceux et celles qui la produisent, super, est-ce que cette reconnaissance va perdurer après la crise ? Est-ce que cette reconnaissance du caractère stratégique de l’agriculture va s’exprimer par une spéculation accrue sur les terres agricoles ? Ce contre quoi TeV doit absolument lutter.
Ou bien la société occidentale dans son ensemble va-t-elle admettre que la globalisation marchande qui détruit la planète a des répercussions sur notre santé aussi ?
Que nous ne sommes pas à l’abri des conséquences de notre mode de vie et qu’il est temps d’en changer radicalement avant qu’il ne soit trop tard.

Les agriculteurs sont les dépositaires d’un précieux héritage qui est un bien commun : les semences, les savoirs-faire et les terres nourricières nous sont léguées par de nombreuses générations de paysans qui les ont patiemment élaborées et cela nous confère une responsabilité certaine.
En prendre soin est un minimum, les transmettre dans de bonnes conditions un plus indéniable.

A bientôt
Thomas